( 21 juillet, 2008 )

Ireland’s call

Rappelle-toi, citoyen, tu avais dit non à l’Europe du fric, des flics et des patrons le 29 mai 2005… Rappelle-toi le lendemain du référendum, lorsque tous les leaders pro-européens parlaient d’arrangement pour « éviter une crise européenne ». Rappelle-toi enfin que le vote démocratique a été totalement nié lorsque le traité de Lisbonne (soi-disant simplifié) a été validé par voie parlementaire.

C’est en effet comme cela que ça se passe aujourd’hui dans les pays de l’Union Européenne. La démocratie passe après les prérogatives économiques et les arrangements entre puissants. Notre voix avait dit non à leur volonté de transformer l’Europe en un marché géant, ils ont tout simplement considéré que le vote d’un peuple souverain ne vaut rien… Ils osent encore parler de démocratie à l’échelle européenne!

Mais nos frères irlandais, grâce, entre autres, à la constitution de leur pays, ont pu rejeter à leur tour le traité de Lisbonne par voie de référendum. Au lendemain de la victoire du peuple d’Erin, les « chefs » de l’Europe libérale, Sarkozy en tête, posent publiquement la nécessité de refaire un vote, alors que le respect de la souveraineté populaire (essentiel en démocratie) imposerait que ce texte soit mis à la poubelle, et ce à l’échelle de l’Europe.

A l’heure où, comme cela a été fait pour les peuples français et néerlandais, les irlandais se voient tout simplement spoliés de leur droit de décider par le vote, il s’agit de se battre, à l’échelle continentale, afin d’une part que le traité constitutionnel européen (avec ses « cadets » simplifiés) soit tout simplement mis « à la poubelle » (car il est rejeté par tous les peuples qui s’expriment à son sujet) et d’autre part que la souveraineté des peuples prime enfin sur les décisions des « scélérats de Bruxelles ».

1 Commentaire à “ Ireland’s call ” »

  1. Gouki dit :

    il clack ton Blog !

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|