( 6 janvier, 2011 )

Ma révolte

 

Ma révolte

Si socialisme était noblesse, j’aurais douze quartiers.

Avec la vie, père, de tes aieux tu m’as donné

L’envie de changer le monde, l’envie de me dépasser,

De vivre dans l’honneur le droit et la fierté…

Ma révolte…

Ma révolte…

Elle est gravée dans ma peau au burin.

Elle est ma foi, mon linceul de Turin,

Ma ligne directrice, pas une vague traînée,

Une scarification, par un tatouage au henné.

Je ne suis pas de ces bandidos que le pognon fait virer

Dont la rebellion meurt dès qu’ils peuvent toucher,

Ni de ces faux anars aux idées arrêtées

Qui oublient leurs principes pour aller consommer…

Chez Auchan ou Carrouf’, tu m’verras pas aller

Engraisser ces haloufs aux mains ensanglantées.

Chez Mc do ou chez Quick, je ne pourrais y aller

Que pour casser la barraque avec José Bové !

Ma révolte…

Je ne suis pas de ces nervis barons du crime free-lance

Qui n’ont pour tout actif que des combines totalement renz’,

Ni de ces racailleux que le capital baise

Qui vireront bourgeois pour une Mercedes-Benz.

J’ai pas b’soin d’casquett’ « nique » comme marque clanique.

En Fubu, rap à fond, t’as trop l’air d’un bouffon !

Même si tes bask’ sont belles tu n’as pas l’air d’un rebelle,

Fabriquées par des enfants, elles empestent le sang !

Mon esprit, tu l’as compris, n’est pas celui de la cité,

Mon slam n’est pas gangsta’rap de MC encagoulé,

Ma bouche ne peut que gerber le mot de communauté.

Si je revendique une race, c’est celle de l’humanité.

Ma révolte…

Grandit tandis que les miens paient l’impôt du sang.

Crèvent, sacrifiés, pour un salaire indécent.

D’autres empochent des mille et des cents, je n’peux apaiser ma haine

Rouge à cent pour cent est ce sang qui s’engouffre sans cesse dans mes veines.

Rouge est ma peau, je bombe le torse,

La main sur le javelot comme Crazy Horse.

Dans l’adversité mon esprit raisonne par le rêve,

Je vis de ma foi dans ma bataille pas de trève.

Saine violence, plus beau don que tu me fis, mon père.

De mon monde de silence, c’est l’unique phylactère.

Elle est dans mon coeur, dans mes os, dans ma peau.

ô révolte, ta légende, me suivra jusqu’au tombeau !

 

Ma révolte…

Pas de commentaires à “ Ma révolte ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|